LIVRAISON GRATUITE achat de $200 CAD et plus | $8 achat de $100 CAD et plus | Canada et USA seulement

Rencontre avec l'artiste: Marie Serreau

Marie Serreau tea cup

ENTERVUE AVEC MARIE SERREAU

Marie Serreau blue teapot

Bonjour, mon nom est Marie Serreau. Je viens de France, ai grandi en Touraine, mais ai habité différentes régions (autant en France qu'ailleurs). Je suis céramiste depuis 2002. J’aime dire que je suis une céramiste humaniste qui tente de faire sourire le quotidien à travers son travail

 

Voudrais-tu raconter d’abord ton parcours en céramique ? Tes débuts, tes classes, tes ateliers, tes voyages ? Ce qui t’a inspiré et ce qui t’inspire encore.

Dès l’enfance déjà, j’avais établi que la terre serait mon matériau de prédilection : je fabriquais toute petite avec de l’argile des bonhommes, des fleurs et d’autres modelages poétiques ! J’ai terminé ma formation professionnelle en 2002 à Mulhouse en Alsace. J'y ai appris énormément techniquement, humainement, sur la communauté des céramistes, sur cette vie différente, un peu en parallèle, découvert tellement d'artistes et de façon de créer, tellement de choses à conter par la terre. Pour explorer et continuer à me former, collaborer et rencontrer les céramistes, je suis partie en voyage pendant plusieurs mois en France, au Québec, au Niger, au Burkina et au Mali. Ces rencontres ont marqué mon travail, mon implication dans la communauté des céramistes. La solidarité, l'humilité, la liberté et l’authenticité sont pour moi les valeurs fondamentales de mon métier.

Marie Serreau black tea bowls

J'ai ouvert mon premier atelier en 2005 à Montréal. Puis, je suis reparti en Bourgogne (France) pour ouvrir un second atelier qui lui a tourné pendant 6 ans. J’y ai vécu beaucoup de moments riches en exploration, en créations, en engagements, en amitiés et rencontres céramiques qui m'ont construit comme artisane et femme (Daniel de Montmollin, Sylvie Didier, François Fresnais, Hervé Rousseau, Anne Marie Daman Kelecom, Sarah Clotuche, Emmanuel Pecatte, Jérome Galvin, Marko Savard, Daphné Corregan, Stephanie Raymond). Mon chemin m'a plus tard ramené au Québec où je suis arrivée gonflée de cette expérience. Depuis 2012, j'ai reconstruit mon réseau, découvert la terre d'ici et poursuis mon travail en atelier. Je travaille la faïence depuis que je suis installée et j'aime cette argile. Je suis fière de savoir que la terre que j'utilise vient de Gaspésie : cela correspond à mes valeurs, à mes idéaux écologiques. Les potiers de faïence, souvent très humbles, portent un savoir-faire ancestral et très pointu qui me fascine. J'aime beaucoup les artistes du trait, de la couleur et des textures (céramistes, peintres, sculpteurs…), ces artistes qui ont des histoires à conter (Mirò, Calder, Picasso, Miquel Barcelo, Benoit Averly, Milan Peters, les Fresnais, etc..).

Quand as-tu commencé à créer des objets de thé ?

Depuis que je travaille la terre, je fabrique des objets du thé. J'ai toujours été passionnée par les aspects esthétiques et techniques de ces objets. Les théières, surtout, m'ont fascinée. Le bol aussi, qui est pour moi si précieux, le bol qu'on tient dans le creux des mains, qui doit épouser la forme, qui doit réconforter. J'aime également travailler la finesse de mes pièces, car j'aime boire du thé dans un bol fin, à la lèvre fine. Je bois du thé depuis l'enfance, mais c'est jeune adulte que j'ai découvert les rituels qui l’accompagnent.

Marie Serreau black teapot

Qu'est-ce que tu préfères dans ton travail?

J’aime différentes étapes de mon travail pour différentes raisons : le tournage et l'assemblage contentent mes défis techniques, mon œil qui cherche l'équilibre de la forme. Dans la décoration, je suis en apesanteur : je me laisse guider par le pinceau, le geste comme une danse. Je ne réfléchis pas, je peins, puis je grave pour créer, pour raffiner le décor. Je me sens très libre et spontanée dans ce que je fais.

Comment aimes-tu travailler la céramique ? Est-ce que ça a toujours été comme ça ?

J’aime travailler dans le calme. J'ai besoin d'être dans ma bulle et je suis heureuse d'être seule dans mon atelier. Cela me permet de vivre pleinement mes émotions en travaillant la terre. Je travaille devant mon jardin et la vie de la nature urbaine qui se déroule sous mes yeux.

J'écoute beaucoup de musique, parfois des livres audios ou la radio. Encore d’autres fois, je laisse simplement le silence se développer autour de moi.

Ça a toujours été comme ça. J'ai toujours aimé choisir quand est-ce que j'accueillais du monde à l'atelier et avoir la liberté de m'accorder du temps de solitude

Marie Serreau Tea set

Que cherches-tu à atteindre dans ton travail ?

Je ne sais pas si je cherche à atteindre quelque chose de spécifique à travers mon travail. Je souhaite sentir qu’il est juste, que je me sens honnête, authentique et spontanée. Je suis dans mon travail, là ici et maintenant sans trop y penser.

Techniquement, j’aime essayer de reproduire certaines formes que j’ai en tête ou que je vois, mais ce n'est pas une pression que je me mets. Chaque pièce est unique et j'espère qu'elle trouvera une belle âme à qui elle saura parler.

J'aime réaliser des pièces qui présentent un équilibre visuel entre la forme et le décor. J'aimerais éventuellement réaliser de grandes pièces au colombin ou au tournage pour y déposer mes décors et avoir de grandes pages blanches pour illustrer…

Pourquoi la céramique ? Pourquoi pas un autre métier d’art ou un autre médium ?

La terre fut mon premier amour et depuis que je l’ai retrouvée à 20 ans, je ne l'ai plus quittée !
J'explore d'autres matières, d’autres modes d'expressions comme la gravure, la joaillerie, le verre, le dessin… mais c'est toujours à la terre que je reviens.

Qu’est-ce qui te distingue des autres artistes ou artisans dans ton métier ?

Rien. Je suis comme tout céramiste : en quête, en exploration à tâtons. Je cherche à être moi, à me respecter dans ce travail de l'argile et à rester authentique. Je ne fais pas ce qu'on attend de moi, je crée ce que je veux ! Et qui m'aime me suive !

Quelle(s) est(sont) tes inspiration(s) ?

La nature est très inspirante : les graines, les végétaux, leurs formes, leurs courbes… Je laisse mon dessin aller là où il me porte. La musique et les mots sont présents au quotidien dans ma création.... L’humain aussi, dans ce qu'il a de plus beau.

 

Marie Serreau portrait

MARIE SERREAU

Montréal, Québec

Pour voir la collection de Marie, cliquez ICI.

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

français fr